Le Social Media Advertising au service de stratégies omnicanales performantes.

in Mar 09, 2022

Depuis 2019, les budgets alloués à la publicité sur les réseaux sociaux n’ont cessé de croître.  Les annonceurs consacrent en moyenne 1/5ème de leur budget publicitaire au social media. La raison d’un tel engouement ?

Les audiences, l’automatisation et les tarifs encore attractifs de ces plateformes qui rendent la publicité accessible à toutes les entreprises, même les plus petites. 

Késako le SMA ?

Le Social Media Advertising, plus communément appelé “SMA” voire Paid Social regroupe l’ensemble des diffusions publicitaires payantes d’un annonceur sur les réseaux sociaux. Au même titre que les régies publicitaires des moteurs de recherche (Google, Bing…), les plateformes sociales proposent aussi des publicités (Facebook Ads, Twitter Ads, LinkedIn Ads, Instagram Ads) adressées à un ciblage précis en se basant sur des informations contenues dans le profil de leurs abonnés (zone géographique, centres d’intérêt…etc) ou en se basant sur les interactions des abonnés sur un contenu qui leur est proposé. Les plateformes sociales peuvent également récolter des datas en analysant les actions effectuées sur des sites connectés à celles-çi.

Le Paid Social pour comprendre les comportements utilisateurs / audiences, développer la notoriété, faire croître son CA ou générer des leads.

Pour performer en paid social, on peut créer différentes audiences basées sur les intérêts de Meta. On peut aussi créer des audiences similaires à des comportements et retoucher les audiences first party que possède la marque. L’intérêt ? Pouvoir toucher des personnes aux profils divers et tester plusieurs audiences pour favoriser l’acquisition de clients ou de leads. On peut ainsi pousser du contenu sans qu’il y ait de requêtes / demandes, et développer sa notoriété en plus de la partie performance (ventes / leads).

En paid, on peut avoir une volumétrie démesurément plus importante qu’en organique et toucher toute l’audience disponible sur Meta, Pinterest ou TikTok (pour ne citer qu’eux). En organique, sur la propre base d’abonnés de la marque, on touche en moyenne 10 à 15% de ses fans / followers. Pour toucher la totalité de la communauté, il faut donc passer par du paid.

Chaque réseau social a ses propres profils d’audience, que ce soit en termes de genre ou d’âge, mais ils ont aussi leurs propres codes (contenu Facebook différent d’un contenu Tiktok sur la forme et le fond). L’idée est d’associer le bon réseau social à la marque pour trouver l’audience la plus en adéquation avec votre proposition de valeur.

Les social ads pour sensibiliser, considérer et convertir

Les social ads tout au long de votre funnel

Aujourd’hui, la force des réseaux sociaux est de faire aussi bien de l’awareness que de la conversion. De nombreux professionnels sont sur Facebook / Instagram (3 milliards d’utilisateurs actifs/mois dans le monde), ce qui implique que l’on peut toucher des audiences à la fois BtoB et BtoC. Les algorithmes sont de plus en plus compétents, ce qui nous permet de :

  • Mesurer la mémorisation de la marque et la pertinence des publicités.
  • Comprendre quelle audience a les coûts de diffusion les plus intéressants.
  • Optimiser en fonction des CPC et donc mesurer le coût du trafic et même qualifier ce dernier en prenant en compte le taux de rebond.

Pour la performance, on peut également mesurer le ROI / ROAS des campagnes (Revenu On Ad Spend), le nombre d’ajouts au panier, etc. A chaque partie du funnel, on peut donc comprendre et optimiser en fonction des objectifs client, de ses besoins et des campagnes sur tous les KPIs mentionnés précédemment tant sur la notoriété que sur la performance.

La créa, indissociable de bonnes performances

Aujourd’hui, la créa permet de se différencier et de retranscrire graphiquement et esthétiquement un discours de marque. Le visuel va permettre d’attirer l’attention et d’avoir un meilleur taux de clic (CTR). C’est ce qui va faire que la diffusion et le trafic pourront être plus importants (CTR plus élevé = CPC plus bas). Les algorithmes arrivent désormais à trouver les bonnes personnes dans chaque audience pour les toucher avec la bonne créa.
En fonction de la partie du funnel dans laquelle on se situe, on va utiliser des créas différentes. Sur le haut du funnel, on cherche à inspirer, faire découvrir la marque et ses valeurs. Alors que sur le bas du funnel, on va chercher à vendre avec des assets orientés produits, promotions et réassurance.

Avantages du social ads

Les avantages du social ads sont nombreux :

  • Un faible coût d’entrée : pas de minimum spend
  • Un ciblage très précis
  • La possibilité de faire des A/B tests
  • Comprendre ses audiences et tester des produits / services
  • Maîtriser l’image de marque / se démarquer
  • Faire le pont avec l’organique
  • Accéder à une multitude de formats
  • Toucher des internautes sur les différentes parties du funnel
  • Vendre en ligne ou générer des leads

 Quelles perspectives en 2022 ?

Source : BDM / Statista

Aujourd’hui, avec les réglementations RGPD et depuis iOS 14.5, savoir mesurer et tracker les personnes dans le respect de la loi et de la vie privée de ses utilisateurs devient important pour 2 raisons : le respect de la vie privée et disposer d’une volumétrie de data suffisante pour analyser des performances et améliorer ces dernières. Les algorithmes pilotant aujourd’hui avec beaucoup de data (d’où l’importance d’avoir des trackings bien implémentés) et de plus en plus omniprésents, cela devient un enjeu crucial.

L’automatisation des plateformes renforce le rôle des experts en Social ads qui ont pour but de conseiller sur la stratégie, sur les publicités et les structures des comptes afin de faire le pont entre algorithme / besoin client / stratégie / opérationnel. Chez ESV, nos experts vous accompagnent sur de nombreux sujets :

  • Avoir un bon tracking, avoir un set-up et fonctionnel
  • Développer et anticiper l’arrivée du social commerce
  • S’assurer d’avoir un bonne stratégie et une bonne structure car les algorithmes sont de plus en plus puissants et il faut savoir les maîtriser et les comprendre
  • Faire face à la hausse de la concurrence et l’arrivée de nouveaux acteurs
  • Répondre à ces points de manière opérationnelle et structurée